Nosferatu

Nosferatu

1973, une barre HLM dort encore dans le petit matin brumeux. Un cri déchire la nuit.

Les lumières s’allument les unes après les autres ? La curiosité aura sorti les locataires du lit, sauf celui qu’on appelle le professeur puisqu’il est sourd comme un pot !

C’est Brigitte, la môme du deuxième, celle qui écoute du disco à tue-tête qui vient de hurler. On a bien l’habitude de l’entendre crier à travers les cloisons de carton qui séparent les cages à lapin durant la nuit, mais là le cri est différent. C’est un cri d’effroi.

Le petit Michel du bâtiment 7, abreuvé de BD et de série-B américaines en est certain : c’est l’œuvre du mal absolu incarné, c’est l’œuvre du Nosferatu qu’il vient de voir à la télé ! Reste à savoir qui est le vampire ?

Ses questions font naitre un torrent de spéculations, d’accusations et de médisances : chacun parle de son monstre, celui d’à côté, d’en dessous ou d’en face, responsable de tous les maux du quartier…

Le doute s’installe alors dans la tête du petit Michel : le Nosferatu existe-t-il ?

télécharger la plaquette

NOTE D’INTENTION

Nosferatu c’est une enquête. Un Cluedo pour HLM vu à travers les yeux d’un enfant qui croit que « le mal » c’est quelque chose qu’on peut reconnaitre du premier coup d’œil, avec des griffes, des oreilles pointues et un cortège folklorique de loups, de chauves-souris et de vapeurs effrayantes…  Pourtant, d’appartements en appartements, Michel a beau collecter des points de vue sur le « mal absolu », rien ne concorde, tous sont divergeant ! Il faut croire que le mal absolu est finalement relatif, diffus, banal… Derrière la quête d’un fantastique en carton-pâte, Nosferatu est l’histoire d’un enfant qui tend un miroir à la banalité du mal. Qui a dit que les vampires ne se réfléchissaient pas dans un miroir ?

 

Auteur : Grégory Coppelius et Morena Safar

Mise en scène : Cie Coppelius & Humpty-Dumpty

Décors/dispositif marionettes et ombres : Grégory Coppelius et Morena Safar

Musique : Julien Le Bon

Chorégraphie : Morena Safar

Production-Diffusion : Compagnie Humpty-Dumpty

Coproduction  : Compagnie Humpty-Dumpty &  Compagnie Coppelius

Partenaires : AMOCAS MORDELLES(35), Centre de l’Imaginaire Arthurien (Concoret – 56), La Cie Coppelius est subventionnée par  La Ville de PLELAN-LE-GRAND (35).

www.humpty-dumpty.fr / 06 95 60 29 57

 

AUTOUR DE NOSFERATU

S’il est une figure qui traverse et se métamorphose dans la culture populaire tout au long de ces 100 dernières années, c’est bien le « Vampire ». Le cinéma, la télévision et la littérature lui ont donné 1000 visages de la brute macabre et sanguinaire, à la créature séduisante et manipulatrice.  Dans un monde qui change à 100 à l’heure on la même vu briller au soleil !  C’est que le vampire est un miroir que la société se tend et dans laquelle elle se regarde et évolue.  Un croquemitaine de qui change de forme pour parler du mal en l’homme, un mal relatif à chaque époque, voire aux modes qui se succèdent…  Un vampire résolument protéiforme : c’est ce qu’avait initié Bram Stoker en inventant son Dracula qu’on ne connaissait, dans le roman épistolaire originel, qu’à travers les points de vue des différents personnages.  A Dracula, nous avons préféré Nosferatu, premier avatar du vampire à laisser sa trace dans la culture cinématographique pour une sombre histoire de « Propriété intellectuelle ».  Nosferatu c’est le Dracula de la culture de masse, où tout le monde se réconcilie autour de ce qui s’achète et se vend ; « le mal » promis à une carrière d’objet de consommation et de produit marchand. Mais au cœur de cette la paix et de la concorde, le vampire,  icone de la POP-Culture et objet de marketing, reste irréductiblement  travaillé par le véritable « mal » dont il est le symbole : la peur de l’autre.

Fiche technique :

Équipe : 2 comédiens et un musicien.
Durée : 45 min.
Âge : à partir de 7 ans

Montage :
 2h (se joue en intérieur)
Démontage : 1h30
Lumières :
– Autonome lumière par projeteurs LED et/ou allogène (sur 230 v 16a)
– idéalement obscurité ou pénombre
Son :
– Autonome micros serre-tête+relais (connectique Jack 6,35 Mâle) .
– Sonorisation demandée.

Dimension espace de jeu/installation :

_ Profondeur 5 m, largeur 5 m, hauteur 2 m 50
Jauge :
– jusqu’à 500 personnes pour une salle équipée

Mise en scène :

– Grégory Coppelius et Morena Safar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *